Dix ans après, que reste-t-il du combat de l’abbé Pierre ?

Dix ans après, que reste-t-il du combat de l’abbé Pierre ?

A ceux qui se désolent que la voix de l’abbé Pierre se soit éteinte avec lui, je dis : écoutez donc le pape François !

Cet article a été rédigé, dans une première version, pour la revue Limite qui le publie dans son numéro de janvier 2017 en vente dans les librairies. Il est également publié dans l’hebdomadaire catholique La Voix de l’Ain du 20 janvier. 

 

C’est peu dire que sa voix nous manque. Une voix d’imprécateur, affaiblie sur la fin de sa vie par le grand âge et la maladie. Elle enjoignait aux puissants de «servir premier le plus souffrant» et à chacun de nous de «ne jamais se résigner à être heureux sans les autres». Le 22 janvier 2007 l’abbé Pierre nous quittait pour ces «grandes vacances» auxquelles il aspirait depuis sa plus tendre enfance. Dix ans, déjà ! Que la mémoire de celui qui fut, des années durant, la personnalité préférée des Français ait sombré dans l’oubli n’a rien d’étonnant ni de scandaleux en soi. Ce qui ne dispense pas de se poser la question : dix ans plus tard, que reste-t-il de l’abbé Pierre ?

Emmaüs d’abord, bien sûr ! Et ce que ce mouvement, volontairement non-confessionnel, porte de prophétique. Car les communautés Emmaüs font figure de précurseurs de l’économie sociale et solidaire. Voilà des hommes, les « compagnons » de l’abbé Pierre, tentés de se percevoir, par un effet miroir, comme les rebuts de la société, fondant leur dignité sur le travail et plus précisément le recyclage des rebuts de la société de consommation. Une manière de dénoncer le scandale du gaspillage tout en mettant à disposition des plus modestes, des biens auxquels ils ne pouvaient prétendre. Avec cette suprême provocation de prélever sur leur salaire de quoi soutenir, solidairement, plus malheureux qu’eux !

Voilà une communauté qui, dans une société libérale où il est rappelé quotidiennement à chacun que nul n’est irremplaçable, affirme à l’inverse que personne n’est de trop. Que chacun est unique et a droit à sa place. L’abbé Pierre tenait à ce que les communautés Emmaüs aient en permanence un lit de libre. De manière à pouvoir dire à tout homme qui se présenterait : « Entre, on t’attendait ».

Dans une société d’après-guerre encore fortement marquée par le christianisme – fut-il sécularisé – et une forme d’assistanat charitable, l’abbé Pierre fait des pauvres, auxquels il donne la parole par sa voix, les premiers acteurs de leur émancipation. Une manière de faire mentir Roland Barthes écrivant, en 1957, dans Mythologies (Le Seuil) : «J’en viens à me demander si la belle et touchante iconographie de l’abbé Pierre n’est pas l’alibi dont une bonne partie de la nation s’autorise pour substituer impunément les signes de la charité à la réalité de la justice.»

On doit à son combat, au lendemain de l’insurrection de la bonté de l’Hiver 54, les premières lois qui interdisent l’expulsion des locataires en hiver… Tant d’autres suivront, fruit de son inlassable combat : lois Besson sur le logement social, la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) puis la loi sur le Droit au logement opposable (DALO) votée quelques semaines après sa mort.

Et sans doute, renforcé par le charisme propre du père Joseph Wresinski, la mutation définitive d’un caritatif explicitement ou implicitement catholique en un combat solidaire «avec les pauvres», aujourd’hui devenu la ligne de conduite adoptée par beaucoup. Que l’on songe à la Fondation abbé Pierre pour le Logement, à ATD quart monde, au Secours catholique ou au CCFD… où militent, sans complexe, nombre de chrétiens… Ce qui ne les dispense pas de ce “supplément d’âme“ qui est de vivre le combat pour la justice avec charité. Comme y invite l’épitre de Paul : « J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés,(…) s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien. »

L’abbé Pierre, en un doux euphémismes, déclarait soulever un «enthousiasme inégal» parmi les évêques de France qui le jugeaient incontrôlable. A juste titre ! Ses lettres aux papes successifs, dont la presse se faisait l’écho avec délectation, avaient le don d’irriter dans un milieu ecclésiastique habitué à plus de déférence. L’une des dernières est datée du 19 juin 1995 à l’adresse du pape Jean-Paul II. Le fondateur d’Emmaüs lui demandait rien moins que de s’appliquer à lui-même – la demande vaut pour ses successeurs – la discipline imposée aux évêques : démissionner à 75 ans. Il plaidait pour plus de transparence dans les finances du Vatican, moins de dépenses somptuaires lors des voyages pontificaux qui ne permettent pas au chef de l’Eglise catholique de rencontrer véritablement le peuple, moins d’obsession sur les questions de morale sexuelle, plus d’ouverture sur l’ordination des hommes mariés ou l’accès aux sacrements des divorcés remariés. Dix ans après sa mort, qui ne voit combien l’évolution récente de l’institution catholique semble lui donner raison ?

Reste à se poser la question de savoir qui incarne aujourd’hui la voix de l’abbé Pierre, celle des prophètes qui, au nom de Dieu, rejoignent la simple sagesse humaine d’un empereur Hadrien affirmant, sous la plume de Marguerite Yourcenar : « Tous les peuples ont péri jusqu’ici par manque de générosité…»

Est-il inconvenant d’affirmer que cette voix est désormais celle du pape François ? Comment ne pas rapprocher les deux sensibilités spirituelles mûries à l’écoute du Poverello d’Assise qui leur fait désirer «Une Eglise pauvre pour les pauvres» ? Comment ne pas saisir les proximités dans la pensée et dans l’action entre le fondateur d’Emmaüs et l’auteur d’Evangelii Gaudium ou de Laudato’si ? Comment ne pas faire le parallèle entre l’installation du pape François dans le modeste appartement de Sainte-Marthe et le choix de l’abbé Pierre de se meubler, sa vie durant, de Neuilly-Plaisance à Charenton-le-Pont, Esteville, Saint-Wandrille ou Alfortville en «style Louis caisse» ?

Appel à la sobriété heureuse, par des bienheureux de la sobriété !

__________

Conférences

Sur ce même thème : Dix ans après, que reste-t-il de l’abbé Pierre, je donnerai deux conférences :

  • Le dimanche 22 janvier, à 17 heures, au Centre Abbé-Pierre – Emmaüs, d’Esteville (Seine Maritime) où l’abbé Pierre repose auprès de ses premiers compagnons.
  • Le lundi 23 janvier, à 20 h, à la Cathédtrale de Créteil (Val-de-Marne) après qu’une messe ait été célébrée par Mgr Michel Santier, à 18 h 30, à la mémoire du fondateur des communuatés Emmaüs, qui a vécu l’essentiel de sa vie en Val-de-Marne.

reneabbe-pierrealfortville

Photo © Claude Iverné

2 comments

  • Merci, il y a des voix ne s’éteignent pas, et il y a de quoi faire un beau bouquet. Par exemple Abélard, qui mit la conscience au dessus des dogmes, Bertha Von Sutner, Nobel de la Paix 1905 pour « à bas les armes » qui mit la guerre hors la loi alors que les clercs se préparaient à bénir armes et armées, co-fondatrice des conférences de Genève.
    Qui incarne aujourd’hui, …? Emmaüs et ATD quart monde sont là, après la mort de leur fondateurs. On peu citer aussi Gaël Giraud et Cécile Renouard, dont « le facteur 12 » œuvre à la prise de conscience de l’humanité, ou la Fondation Scelles qui la lutte contre la traite d’être humains et la pornographie en France et au niveau international (le lobby du sexe est très actif à l’OIT et auprès de l’UE!). Il ne manque pas d’exemples d’actes de foi dans le désert et qui porteront inéluctablement un jour du fruit.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *