Qui suis-je ?

Je m’appelle René Poujol… Je m’souviens d’avoir eu 20 ans en mai 68. Cela me dispense de vous dire mon âge. Je suis un « immigré de l’intérieur », depuis plus de quarante ans exilé à Paris, mais natif des confins du Languedoc et du Rouergue méridional. Quelque part entre le viaduc de Millau, l’Abbaye de Sylvanès et les caves de Roquefort.

Moulins:portrait - copie

Fils de terres sauvages faites d’immensités semi désertiques et d’avens profonds. Cela marque un tempérament. Issu d’une famille catholique, élevé chez les « bons pères », je n’ai jamais trouvé à ce jour de raison suffisante pour cesser d’être croyant.

Mes véritables passions : l’animation (à vingt ans je dirigeais des centres de vacances, à quarante-cinq j’étais commissaire des Scouts de France pour le Val-de-Marne, à cinquante « patron » de rédaction…) et l’écriture.

Par désir, je crois, de rendre à mes lecteurs une part du bonheur éprouvé, tout gosse, lorsque je dévorais les livres qui arrivaient tout droit de chez les éditeurs, dans l’arrière-boutique de la librairie que tenait ma grand tante. Une boulimie de lecture qui ne m’a jamais quitté. Mon ultime carburant : la rencontre, la soif de connaître les êtres et leur histoire, de comprendre ce qui les fait vivre et espérer. Pour m’en nourrir et pour les faire connaître…

En fallait-il davantage pour devenir journaliste ? Je le suis… depuis 1974, et ne choisirais, si c’était à refaire, aucun autre métier.

J’ai fait toute ma carrière journalistique au sein du groupe de presse catholique Bayard. De 1977 à 1988, j’ai travaillé à l’hebdomadaire Pèlerintitre fondateur du groupe, avant d’en devenir le « patron » de la rédaction de 1999 à octobre 2009. Durant ces dix années, j’ai signé quelques centaines d’éditoriaux qui disaient la position du magazine – plus que la mienne propre – sur l’actualité et les grands débats de société.

Aujourd’hui libre de ce type de responsabilité, je n’en reste pas moins un observateur gourmand, attentif et passionné de la vie du monde comme de notre société ou de l’Eglise catholique à laquelle j’appartiens.

C’est pourquoi j’ai ouvert ce blog en 2009, au moment-même où je quittais mes fonctions éditoriales à Pèlerin.

16 comments

  • Et pourquoi ces sujets suscitent-ils tant de violence,
    c’est une vraie question que je me (vous) pose ?
    (après avoir lu pas mal de commentaires…)

    Erwan

    Reply
    • « qui me confortent dans mes idées » vous m’inquiétez: une lecture qui ne fait que vous conforter dans vos idées est pour moi, une lecture …quasiment inutile!

      Reply
    • C’est une bonne idée. En plus c’est gratuit. Rien de plus simple, vous allez à la fin des commentaires publiés sur cet article et là vous cliquez sur la case correspondante (deux cases : l’une pour être informé des nouveaux commentaires concernant cet article, l’autre pour être informé par mail des nouveaux articles au fur et à mesure de leur publication). Merci de votre confiance !

      Reply
  • Pingback: Lisieux. 1200 chrétiens retraités rendent hommage à l’abbé Pierre « Article « Le Pays d'Auge

    • C’est très aimable. Il vous suffit de laisser votre adresse mail sur le formulaire qui se trouver à droite de chaque article lorsque vous lisez mon blogue.

      Reply
  • Bonsoir. Merci pour votre contribution à notre réflexion au travers de cette distinction entre éthique de conviction et éthique de responsabilité. Avec ce corolaire qui fait qu’à perdre la raison, on s’établit dans l’obscurantisme, mère de toutes les dictatures. Et si vous parlez de « glissements » (« Par glissements législatifs successifs »), il faut observer comment, sous prétexte de « liberté à tout prix », on voit ce gouvernement socialiste « glisser » vers des pratiques de police de la pensée. Pour moi, c’est hallucinant !

    Reply
    • Je reçois assez régulièrement ce type de demande. Et je vous remercie de votre confiance. Il vous suffit de vous reporter à mon blogue. Sur la page d’accueil, vous trouverez à droite, au-dessous de la rubrique « Commentaires récents », un espace où vous pouvez vous abonner en laissant simplement votre adresse courriel. Vous recevrez alors un message dans votre boite mail vous demandant confirmation. C’est tout ! Vous serez alors automatiquement informé de toute nouvelle publication.

      Reply
  • Bonjour les accueillants, les résistants,à lire les sondages politiques français (Marine au second tour) et l’enquête récente ‘Noir, Jaune, Blues’ du quotidien Le Soir en Belgique, il me semble que je me réveille dans d’autres pays que les miens ; je me croyais dans la majorité silencieuse, de bon ton, commode à vivre, évidemment solidaire, et je découvre que l’on me situe dans une étroite minorité quasi incongrue. Je ne me sens plus chez moi. Bizarre et franchement pénible. Mais enfin, une tranche de votre blog avec un croissant chaud, c’est reparti pour une bonne journée. Jean-M.

    Reply
      • Son commentaire est pourtant clair. Mon sentiment est assez proche. Avoir été élevé dans un milieu « catho de gauche » vous met aux antipodes de vos contemporains occidentaux, qui sont en moyenne des païens de droite ou d’extrême-droite (Trump étant l’emblème). Darwinistes sociaux, anti-étrangers, mais très favorables au mariage homosexuel (invention de Néron je le rappelle). D’où un certain sentiment de solitude, d’isolement, si du moins on est fidèle à son éducation « catho de gauche ».

        Marc Sangnier, au secours !

        Reply
      • Bonjour … René,

        Je découvre seulement maintenant votre réponse à mon inscription.
        Désolé ! il est vrai qu’à me relire, je me vois peu clair.
        Et donc !
        J’étais sous le coup d’une enquête sociologique en Belgique qui situait le niveau de confiance de mes concitoyens aux environs de 10% pour la Justice, la Police, l’Eglise, moins encore pour les politiques. – Par ailleurs, j’assistais à la préparation des présidentielles en France qui situait le FN bien haut. J’ai ressenti ce sentiment inédit de ne pas me sentir chez moi dans cette Belgique à ce point inquiète et soupçonneuse, dans cette Europe à ce point accessible au populisme. Je me croyais benoîtement dans ‘le centre’, dans la majorité raisonnable, relativement confiante dans les institutions. Je me découvrais vivant au milieu de personnes dont je ne partage pas le sentiment, et avec un degré de racisme bien plus fort que je n’imaginais.
        Et donc !
        J’étais enchanté de découvrir votre blog, vos offres d’infos et de débats, et de me retrouver avec des personnes avec lesquels il est agréable et stimulant d’échanger,de débattre à l’occasion. Quitte à ce que ce soit désormais – comme j’en viens à le craindre – dans une minorité de notre société.
        Petite touche plus personnelle. Mon attachement et mon estime pour les Assomptionnistes, du moins ceux que je connais en Belgique.
        Bien à vous.
        Jean-Marie C.

        Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *